Le Château de Valcombe a commencé son périple vers une agriculture plus saine et plus respectueuse de l’environnement en 2009 lorsqu’une partie du vignoble a été convertie vers l’agriculture biologique.

Mais qu’est-ce que l’Agriculture Biologique ?

Comme le dit le Ministère de l’Agriculture : « L'agriculture biologique a recours à des pratiques de culture et d'élevage soucieuses du respect des équilibres naturels. En effet, elle exclut l'usage des produits chimiques de synthèse, des OGM et limite les intrants ». Lorsque l’on est certifié AB, nous sommes obligés d’utiliser des produits homologués Bios et les contrôles sont fréquents.

En 2012, la première gamme Bio du domaine voit le jour : No Sex for Butterfly. Les deux frères à la tête du domaine sont alors convaincus que cette nouvelle philosophie leur offre plus de plaisir tant sur le plan de l’élaboration du vin que sur celui du produit fini. Ils décident donc de continuer leur chemin vers l’Agriculture Biologique jusqu’à ce que l’ensemble du domaine soit certifié Bio pour la vendange 2021.

    Qu’est ce qui a convaincu Basile et Nicolas Ricome de continuer leur conquête du bio ?

C’est le changement organoleptique des vins qui a été le plus décisif. Le changement de direction vers une agriculture plus durable et respectueuse de l’environnement fait ressentir, dans le produit final, une expression du terroir  et des cépages bien plus marquée.

Comme la palette d’arômes est plus épanouie qu’auparavant, le vigneron va pouvoir en jouer et être plus précis quant à l’élaboration de ses vins. 

Le Château de Valcombe s’étend aujourd’hui sur 90 hectares. Pour un cépage, vous retrouverez donc différentes parcelles, implantées sur différents terroirs. Avant la conversion à l’Agriculture Biologique ; pour un cépage, il n’y avait pas de grande différence d’une parcelle à l’autre donc d’un terroir à l’autre. Une fois entré dans cette nouvelle ère, Basile s’est rendu compte que l’expression du terroir était plus forte qu’auparavant et a décidé de s’adapter.

Comme chaque terroir met en avant des caractéristiques différentes ; en cave , on ne retrouvera plus une cuve par cépage mais une cuve de chaque terroir par cépage. Cela permet donc au vigneron de pouvoir créer des cuvées beaucoup plus précises, expressives et singulières. 

Les cuves sont, pour le vigneron, l’équivalent d’une palette de peinture. Alors, tel un peintre qui choisit les couleurs et les reliefs de son tableau, le vigneron pourra plus fidèlement reproduire la tonalité, la matière et les arômes voulus dans le vin final.

L'ENVIE D'ALLER PLUS LOIN

En 2021, Basile et Nicolas ont voulu aller encore plus loin dans le respect de l’environnement, de la biodiversité et dans l’expression du terroir et des cépages. Ils entament donc un nouveau périple : celui de la biodynamie.

Qu’est-ce que l’Agriculture Biodynamique ?

L’Agriculture Biodynamique est la prolongation de l’Agriculture Biologique. Elle respecte les principes de cette dernière en étant encore plus à l’écoute de son vignoble, de son environnement, de la Terre et de la Lune.  Le vigneron va privilégier les défenses naturelles de la vigne, la biodiversité qui l’entoure et l’apport d’intrants naturels ; tout en s’inspirant d’un calendrier lunaire et planétaire en parallèle des cycles végétatifs  de la vigne.

Enfin, il faut savoir que la partie « dynamique » de l’Agriculture Biodynamique tire son nom d’une façon bien spécifique de préparer les traitements naturels de la vigne. Chacun d’eux est composé d’éléments naturels et d’eau dynamisée. L'eau est « activée » en utilisant un dynamiseur, qui va l’oxygéner et lui donner un mouvement dynamique. En agriculture, cela optimise la qualité des traitements naturels et permet de les diminuer.

    Par quels moyens Basile va-t-il être plus à l’écoute de son vignoble, de son environnement, de la Terre et de la Lune ?

L’idée directrice est de modeler une exploitation autonome qui puisse, à terme, créer ses propres intrants naturels.

On va faire appel à l’agroforesterie. C’est-à-dire que l’on va associer l’implantation d’arbres forestiers ou fruitiers à une autre culture comme la vigne et/ou à des animaux. Cela va permettre de créer des lieux d’accueils pour les prédateurs des parasites de la vigne. On va alors réduire la maladie de la vigne tout en amplifiant la biodiversité qui l’entoure.

Le Château de Valcombe a commencé à fonder cette agroforesterie l’automne dernier, en replantant 8,7 hectares de 5 essences d’arbres pour reboiser la propriété. 

Puis, début février, le domaine a accueilli des moutons pendant une semaine sur 20 hectares du vignoble. Ces derniers ont été bénéfiques à deux égards. Premièrement, ils ont désherbé les rangs de nos parcelles et les pieds de vigne (cep), ce qui a permis au vigneron de ne pas passer l’intercep et de moins polluer. Deuxièmement, les moutons, grâce à leurs excréments, ont apporté de la matière organique au sol. De plus, 80 hectares de vignes sont enherbés avec des espèces capables de fixer le carbone , restituer de l’azote  au sol et oxygéner ce dernier.

La vie sur la Terre est incontestablement rythmée par les cycles solaires et lunaires (rythmes nuit/jour, phénomène de marées…). Un bon nombre de jardiniers et d’agriculteurs prennent en compte ces rythmes avant leurs semis pour utiliser les périodes favorables, et ce depuis des centaines d’années. 

Des chercheurs comme Maria Thun ou Harmut Spiess se sont spécialisés sur l’effet qu’ont les positions des planètes et des étoiles sur l’agriculture. Ces recherches montrent notamment que les semis réalisés avant la pleine lune produisent des légumes particulièrement savoureux. La croissance se fait d’une façon plus harmonieuse, les fruits sont pleinement mûrs et développent leur arôme caractéristique.

Selon le calendrier des lunes et les saisons, il y a donc des traitements spécifiques, uniquement à base d’éléments naturels et d’eau dynamisée :

La Bouse de Corne :

Elle est élaborée à base de bouse de vache puis introduite dans une corne de vache  qui a vêlé  au moins une fois. La corne remplie est ensuite enterrée de l’équinoxe  d’automne à l’équinoxe de printemps.

La bouse de corne ainsi obtenue, est diluée dans de l’eau dynamisée puis on va la pulvériser sur les sols. Elle est un puissant édificateur de la structure du sol, un activateur de la vie microbienne. Elle favorise la formation de l’humus, l’absorption hydrique et peut donc réduire la nécessité d’arrosage. Elle stimule également la croissance générale du système racinaire et particulièrement son développement vertical vers la profondeur, la roche-mère, où se trouvent les minéraux spécifiques au terroir.

La Silice de Corne :

Elle est élaborée à base de quartz, très finement broyé, dont on remplit une corne de vache ayant vêlé au moins une fois. La corne remplie est ensuite enfouie pendant 6 mois lors de la période estivale (de l’équinoxe de printemps à l’équinoxe d’automne).

La silice de corne ainsi obtenue, est diluée dans de l’eau dynamisée. On va l’appliquer sur les feuilles de la vigne afin de la protéger des agressions extérieures telles que les maladies à champignons comme le mildiou ou l’oïdium.

Cocktails à base de plantes de saison :

Comme la camomille, le pissenlit, l’ortie, l’achillée-millefeuille, l’écorce de chêne et la valériane. Ces cocktails sont dilués à de l’eau dynamisée et pulvérisés toute la saison. Ils permettent la stimulation des défenses naturelles de la vigne et donc renforcer leur système immunitaire.

~~

L’Agriculture Biodynamique est une forme de l’Agriculture biologique, à la fois holistique, régénérative et positive. La biodynamie propose une approche nouvelle de la nature, qu’elle appréhende comme un écosystème vivant. Elle va chercher une cohérence et une logique agronomiques.
Grâce à l’utilisation de préparations naturelles dynamisées, le vigneron soigne la Terre, renforce les sols et les plantes pour des vins qui affirment l’expression du terroir et de leur(s) cépage(s) !